vendredi 16 février 2018

Toujours à Grenade


Et pour plusieurs très bonnes raisons mais, la principale, Mme. Météo ne veut absolument pas collaborer. Décidément, ce n'est vraiment pas beau cet hiver. Les fameux «Christmas Wind» ne veulent vraiment pas quitter la région des Antilles.

Normalement, cette baie où nous sommes est assez calme. Là, on voit bien les «moutons» sur l'eau, et c'est ainsi à chaque jour depuis début janvier. Alors, on s'occupe à d'autres choses comme...

Raccourcir la barbe et les cheveux peut-être!

C'est déjà mieux.

Et comme le départ vers le Nord, s'il y en a un, n'est pas prévu pour l'instant, on ne pousse pas sur les travaux du «full encloser», mais ça avance.

On a le toit et les panneaux arrière...

Il ne reste que les panneaux de côté...

On avait aussi décoré le voilier pour la période des Fêtes, mais comme on est toujours à la même place et que ça donne une petite touche de gaieté au voilier, on a laissé nos lumières, qui fonctionnent à l'énergie solaire.

On voulait faire comme un genre de sapin, mais on avait beaucoup trop de lumières. Finalement, on dirait plus les ailes d'un ange.

Et voici la mascotte de la marina: Maman «Whisper» avec un de ses deux bébés, qu'elle a eu mi-décembre. Elle est apparue un jour, et n'est jamais repartie. Par contre, elle est sauvage et ne se laisse pas toucher. Mais, elle vient quand même manger dans ma main et me lèche les doigts...

On occupe donc notre temps à de menus travaux sur le voilier, et on profite de la merveilleuse nourriture de la marina...

Un souper Indien... DÉ-LI-CIEUX.

mardi 9 janvier 2018

Déjà un mois à Grenade


Et oui... Et on n'a pas vraiment fait grand chose. On se laisse porter par la routine quotidienne. On vit...

Petit retour sur notre arrivée ici. American Airline ne faisant plus de vol à une seule escale, et dans la même journée, j'avais opter pour un vol vers Chicago. Comme d'habitude la première escale est New York, je me suis dit que l'aéroport de Chicago ferait un changement dans nos habitudes... histoire de voir autre chose. Oups!!! Chicago étant la ville des vents, on a eu une belle surprise à Montréal. À cause de fortes rafales de vent à Chicago, plusieurs vols sont annulés, et d'autres retardés. C'est le cas du nôtre. Départ prévu à 12h24, il sera reporté à 14h00. Et là, c'est le branle-bas de combat pour ceux qui ont des connexions à Chicago.

Coup de bol pour moi... Avec ma chaise roulante et mes déplacements limités, je prend toujours des escales assez longues, afin de m'assurer de pouvoir parcourir les longs couloirs de certains aéroports, et d'arriver à temps à mes vols.

Donc, notre prochain vol Chicago/Miami est prévu à 20h30. Le vol Montréal/Chicago étant de 2h50, on est encore amplement dans les temps. Évidemment, si tout reste comme prévu. Finalement, l'embarquement se fera à 14h00 pour un décollage à 14h35. On se fera bercer par de la turbulence tout le long du trajet et, que dire de l'atterrissage... L'avion roulait de gauche à droite jusqu'à toucher le tarmac, à 16h35. J'allais oublier. Chicago ayant 1 hre de moins que Montréal, il n'est ici que 15h35.

Une chaise roulante m'attend à la sortie et se rendons à notre porte pour le prochain vol: K-16 et arriverons à 17h10. Normand a repéré quelques restaurants, mais aboutissons à un comptoir McDo. En à peine 20 minutes, on aura fini de manger et vérifions notre prochain vol AA1644... L'embarquement est maintenant à la porte H-5. On y sera à 18h20. On annonce que plutôt que 20h30, notre vol, pour Miami, sera remis à 21h00. À 21h35, on nous annonce que le vol sera à la  porte H-14... Tous les gens en attente se précipite vers la prochaine porte. On nous dit que le départ sera à 22h40... Mais y'a toujours pas d'avion d'arriver??? Finalement, on embarquera à 22h45 et reculons à 23h10. Le pilote nous avise que vu le flot d'avions sur la piste, il va y avoir du retard!?! On décollera enfin à 23h40.

Il faut vous mentionner ici que, le printemps dernier, nous avions dû coucher dans l'aéroport de Miami et il y fait un froid glacial... Même mon gros nounours poilu a froid alors... Comme on récupérait nos valises et sortions de la zone d'embarquement, cette fois, j'avais pris soin d'y mettre des couvertures en polar, un col roulé et des mitaines en polar.

On atterri à Miami à 2h13 (heure de Miami). Le préposé avec ma chaise roulante arrive à 2h45, et nous dépose prêt de la porte D-25, avec d'autres gens qui attendent le matin pour leurs vols... On ne récupère pas nos valises et restons dans la zone d'embarquement... Merde!!! Mon linge chaud et mes couvertures! Bon, le matin arrive bientôt et le flot de gens dans l'aéroport va faire augmenter la température... Enfin j'espère.

On essaie de dormir mais rien à faire... Maudit que c'est frèèète. À 5h15, on quitte notre place pour rejoindre notre porte d'embarquement, la D-27, juste à côté. Normand va se chercher un bagel au oeuf, et j'ai mangé mon muffin de Chicago. L'embarquement se fera à 10h20 et décollerons à 10h50, comme prévu. J'avance ma montre d'une heure, pour être à l'heure de Grenade, met la musique dans mes oreilles, et dort tout le long du trajet. Normand sommeillera un peu. Arriverons à 14h50 et le chauffeur de «La Sagesse» nous attend.

Comme à chaque année, on se payera un 3 jours à «La Sagesse» Nature Center. Je vous met le lien, si le goût d'un endroit de repos total, et sans distraction, vous intéresse http://lasagesse.com/
Comme l'endroit est juste à côté de Grenada Marine Marina, où notre voilier est sorti de l'eau, c'est l'endroit idéal pour commencer notre grand nettoyage du retour. «La Sagesse» offre aussi le transport pour s'y rendre (parce que c'est à côté, mais pas vraiment faisable à pied).

Je reste à «La Sagesse» les deux premiers jours, histoire de récupérer de mon voyage, et Normand se rend au voilier pour vérifier l'état de celui-ci, et débuter le ménage.

Voici un aperçu du paysage qui m'entoure, pendant que mon homme travaille comme un forcené (enfin c'est ce que je crois).


La végétation et, lorsque le soir arrive...

De mon balcon, ça ressemble à ça... Question de me reposer, y'a pas plus beau et plus calme.

Un petit couple se promène... C'est vraiment super relaxant comme endroit.




Normand se paye une petite saucette, question de se rafraîchir.

La troisième journée, on emménage dans le voilier. Par contre, cette année, Normand a eu la surprise de découvrir que nos batteries étaient complètement mortes... Elle bouillaient presque. Donc, les seules choses qui fonctionnent, ce sont les prises électriques et le micro-onde. Pas de pompe à eau et pas de frigo. Par contre, le nouveau restaurant de la marina offre un menu vraiment excellent. C'est tout un contraste avec les autres années.

Une semaine après notre arrivée, Normand avait installé 5 nouvelles batteries, et, 3 jours plus tard, nous étions à l'eau, direction le quai de Whisper Cove Marina (12°00'.614N 061°44'.021W). Ça nous a pris à peine 1 hre pour s'y rendre.

Comme nous avons décidé de faire refaire le «full encloser», et que nos îles de prédilection (îles Vierges et St-Martin) ont été détruites (ou presque) par les ouragans Irma et Maria, on demeure à Grenade pour l'instant. De toute façon, nous n'avons même pas de bimini sur la tête, et nous sommes quand même à la vitesse des Caraïbes, pour les travaux... Slow, slow... 

On a, depuis l'année dernière, une toile qui couvre la moitié arrière du voilier, lorsque nous sommes ancrés. Mais on ne peut naviguer avec ça. On voit bien que ça s'installe par-dessus la bôme.

Michael, de Sunshine Canvas, a réussi à terminer notre «dodger» pour la navigation entre la mise à l'eau et Whisper Cove. Ça donne ceci:
En plus, avec l'ancien modèle, nous n'avions même pas d'attaches pour le panneau central.

Maintenant, on attend le reste...

P.S. Mes billets de retour sont achetés et, cette fois, un vol direct Grenade/Toronto, puis Toronto/Montréal dans la même journée. Normalement, ils sont plus dispendieux que ceux avec 2 escales en 2 jours mais, cette année, ils sont plus abordables. De toute façon, même plus dispendieux, on commence à trouver ça difficile de faire le voyage en 2 jours.

P.P.S. J'espère que personne n'ose dire que la vie est plate. Ça dépend toujours de la façon de la regarder et, la mienne, elle est pleine de belles aventures.

mardi 2 janvier 2018

Pour 2018


Je vous souhaite de profiter des beaux petits moments que la vie nous donne. Il s'agit juste de prendre le temps de regarder autour de soi... C'est parfois si simple...

BONNE ANNÉE À TOUS

P.S. Nous avons, depuis le début des vacances des fêtes (ici, à Grenade, tout est pratiquement fermé pendant deux semaines), des problèmes avec la connexion internet. C'est la raison pour laquelle je n'ai rien écrit depuis mon arrivée ici, début décembre.

mercredi 22 novembre 2017

En transit à Montréal


Notre maison du Nord est maintenant louée pour l'hiver. Nous sommes donc à Montréal, en attente du départ vers le Sud.

Voici donc un petit retour sur les derniers mois.

Le 8 octobre, les couleurs sont encore belles et les arbres sont encore plein de feuilles (normalement les couleurs, dans le Nord du Nord, sont terminées à cette date)

Le 11 octobre, petit saut à Montréal pour quelques achats.


Mont Gabriel, sur la 15 Sud.

Les couleurs à St-Sauveur.

Tout un contraste... Les couleurs commencent à peine.

Encore vert...

Et même très très vert!!!

On revient à la maison et retrouvons nos paysages bucoliques.

On a même des arbres complètement dénudés.

À peine une semaine plus tard, soit le 17 octobre...

Nos premiers flocons, dans le Nord.

Puis, retour dans la «Grand Ville» pour attendre notre départ en décembre.

Même ici, la faune vient me faire des clins d'oeil...

Et enfin, le 19 novembre...

La première neige sur Montréal.


samedi 7 octobre 2017

Fin de l'été, début des couleurs


Finalement, après une longue attente, on a enfin eu un été. Ça aura duré du 12 au 27 septembre (chez-nous, dans l'Nord).

Normand en a profité pour peaufiner le stationnement de notre petit voilier. Il a maintenant SON «spot» d'entreposage à lui (le voilier, pas Normand).




Avec cette belle chaleur, l'inconvénient a été l'absence de vent. Pour faire de la voile, c'est pas évident!!! Par contre, le bel anticyclone qui s'est installé sur le Québec, a amené sur nos terrains un record de papillon Belle-Dame. L'absence de vent en altitude a freiné leur descente vers le Sud. On a donc laissé pousser nos pissenlits pour leur permettre de se sustenter pendant leur séjour.






Et pendant ma «chasse» aux papillons, j'ai aussi croisé ceci sur le terrain:








Et avec ça, le début des belles couleurs d'automne:










On a quand même pu profiter de quelques rares journées, de vent très faible, pour se balader sur l'eau.





Le nettoyage de l'immense fenestration de la maison, début octobre, et l'arrivée de mes dindes sauvages.


Elles m'ont vu m'approcher des fenêtres trop propres... mais ça courent pas vite vite.

Puis, de ma fenêtre, en ce moment...


jeudi 14 septembre 2017

La suite de mon été


Que dire, ou écrire, sur IRMA.

C'est la désolation totale. Saint-Martin/St. Maarten était l'île où tous les navigateurs faisaient les réparations/provisions nécessaires à leur séjour hivernal. C'était vraiment le centre névralgique de la réparation de bateaux. Les Îles Vierges Américaine étaient aussi un bon endroit. Il ne reste maintenant que la Martinique, mais les prix sont vraiment beaucoup plus dispendieux.

Notre navigation de l'hiver prochain sera donc modifiée... Nous irons à la découverte de nouveaux paradis.

En attendant, je poursuis mes observations autour de la maison. Comme on n'a pas un super bel été pour sortir dehors, j'observe de l'intérieur.

Une grosse famille de Geais Bleus.

Bébé cri à la bouffe et

Maman arrive.

Et maintenant, un drôle de Geai bleu



Pas de plumes sur la tête!!! J'en ai vu deux ainsi.


Puis, au détour du balcon, une drôle de chenille:



On voit même son petit oeil noir.


Vous vous souvenez de «Mimi» ma moufette (voir note précédente). Et bien! j'avais qu'en même raison de croire que c'était une fille. Elle m'a amené un de ses bébés (j'ai vu par la suite qu'elle en avait eu deux).

Je l'ai appelé «Bibi» et il est beaucoup plus craintif que sa mère. Je dois sans cesse surveiller où il dirige sa queue...


AGRÉABLE SURPRISE! L'été est arrivé, enfin, le 11 septembre. Alors, direction voile, voile et voile.

La montagne nous montre déjà ses couleurs d'automne.




Cette libellule est venu se reposer une bonne demi-heure dans le cockpit. Remarquez le magnifique «dessin» sur son dos.

En revenant au quai, à 17h00, une autre belle surprise...


Une femelle orignal. Aucunement appeurée, elle a continué à se promener autour de nous, même si on bougeait.

Elle s'est même approchée plus près pour manger quelques feuilles.

On continu à profiter de la nature et des beaux jours.